Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > FAUCHE QUI PEUT ! Des bénévoles pour lutter contre le vérâtre blanc en alpage

FAUCHE QUI PEUT ! Des bénévoles pour lutter contre le vérâtre blanc en alpage

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Fauche Qui Peut, un chantier participatif pour lutter contre le vérâtre blanc, s’est déroulé ce samedi 25 mai sur le massif du Grand-Colombier. L’objectif pour les 25 bénévoles, alpagistes et partenaires étant d’éviter que cette plante envahissante se développe sur l’alpage.

La Chambre d’agriculture de l’Ain et la Communauté de communes Bugey Sud ont organisé ce week-end la 2ème édition du chantier participatif « Fauche Qui Peut » en lien avec Jean-Louis Faurax, Président du Syndicat d’alpage du Colombier.

L’objectif de cette opération est d’éviter la multiplication du vérâtre blanc en effectuant une coupe manuelle. Le vérâtre blanc, à ne pas confondre avec la grande gentiane, est une plante envahissante et toxique qui limite la biodiversité et réduit les surfaces d’herbe servant à nourrir les troupeaux durant la saison d’alpage.

Pour être efficace et impacter le développement de la plante, la coupe doit être effectuée avant la floraison de la plante, lorsqu’elle a atteint environ 20 à 30 cm de hauteur, cette opération devant être renouvelée sur plusieurs années.

Pour cette nouvelle édition, Jean-Louis Faurax avait demandé aux bénévoles de s’outiller de bêche, piochon, serfouette et binette. Léa Gauthier, chargée de mission pastoralisme à la Chambre d’agriculture indique que « ces outils permettent d’intervenir légèrement en dessous de la surface du sol à la différence d’un sécateur ou d’une cisaille, l’affaiblissement de la plante est donc plus efficace car il favorise la décomposition des parties souterraines ».

Parmi les 25 bénévoles locaux, plusieurs d’entre eux étaient déjà présents l’année dernière. En arrivant sur site, ils ont pu constater l’impact de leur intervention de l’année précédente : des « nids » de vérâtre moins dense et des tiges plus fines. Des résultats encourageants, qui, après deux heures de travail, ont permis de couper du vérâtre sur plus de 2 hectares. La matinée s’est achevée autour d’une dégustation de produits locaux au chalet d’alpage. Au-delà de l’entraide, ce moment de convivialité et d’échanges est un réel succès grâce aux bénévoles venus prêter main forte aux alpagistes.