fileadmin/user_upload/Auvergne-Rhone-Alpes/111_Extr-Ain_img/Interface/logo-rss-chambres.jpg Flux RSS des actualités2886517fr_FRLes chambres d'agriculturesThu, 20 Sep 2018 08:29:24 +0200Thu, 20 Sep 2018 08:29:24 +0200TYPO3 EXT:newsnews-49799Wed, 19 Sep 2018 14:21:29 +0200Bilan d'activités 2013 - 2018 de la Chambre d'agriculture de l'Ainhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/bilan-dactivites-2013-2018-de-la-chambre-dagriculture-de-lain/A l’aube du renouvellement des élus de notre institution, nous avons voulu faire le bilan de ces 6 années d’activités.  

 

Elles ont été intenses, riches de réalisations, d’échanges, d'engagements. avec une équipe d’élus et de collaborateurs motivés pour garantir une agriculture pérenne, un développement harmonieux des territoires et plus globalement contribuer à un "bien vivre" ensemble.

 

 

 

Vous trouverez un aperçu des actions réalisées autour de nos trois priorités que sont :

  • L’avenir de l’élevage et des filières de production
  • L’appui aux entreprises agricoles
  • Un engagement au cœur des territoires

Découvrez les principaux domaines d'action correspondant à leurs engagements en vidéo et dans un document papier.

]]>
news-46392Fri, 06 Jul 2018 11:19:25 +0200Participez au concours couverts végétauxhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/participez-au-concours-couverts-vegetaux/Le concours "Couverts végétaux" a pour ambition de distinguer les agriculteurs qui mettent en place des couverts valorisant ainsi leur intérêt dans la conduite agronomique des exploitations.Le développement de l'agroécologie est inscrit dans la loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt (LAAF) d'octobre 2014 ; La couverture des sols est l'un des éléments du processus de l'agroécologie.

Le  concours "Couverts végétaux" a pour ambition de distinguer les agriculteurs qui mettent en place des couverts valorisant ainsi leur intérêt dans la conduite agronomique des exploitations. C’est aussi une façon positive de parler des couverts végétaux et contribuer au développement de ces pratiques. Ce concours est initié par la Direction Départementale des Territoires de l’Ain et la Chambre d’agriculture de l’Ain qui en assument l’animation. 12 autres partenaires sont associés à ce projet.

Participation au concours

Toute exploitation agricole ayant son siège dans le département de l’Ain qui met en place des couverts végétaux à vocation agronomique peut participer. Le nombre de parcelles engagées est limité à 2 par exploitation. Les participants s’engagent à donner accès à la parcelle, le cas échéant, pour une visite du jury. Les participants donnent leur accord pour la publication des photos de leur(s) parcelle(s).

Modalités de candidature

Les dossiers de candidature sont à retirer avant le 28 septembre 2018 auprès de la Chambre d’agriculture de l’Ain ou des partenaires.  La participation au concours est gratuite. Il sera composé de :

  • la demande de candidature dûment complétée,
  • 4 photos du couvert : 1 photo d’ensemble de la parcelle prise à un optimum de développement,
  • 1 photo permettant d’observer sa composition et sa couverture (vue zoomée) et 2 photos permettant d’estimer son évolution.


CHAMBRE D’AGRICULTURE DE L’AIN
Equipe Agronomie Environnement
Concours "Couverts végétaux"
04 74 45 47 06 - territoires@remove-this.ain.chambagri.fr

 

]]>
news-47874Tue, 07 Aug 2018 11:31:54 +0200La plateforme Agrilocal poursuit son développementhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/la-plateforme-agrilocal-poursuit-son-developpement/Après une année 2017 réussie (440 000 € de chiffre d’affaires, 95 acheteurs et 121 fournisseurs inscrits sur le département), la plateforme Agrilocal01 poursuit son développement. Le début d’année 2018 s’annonce prometteur et de nombreuses actions ont d’ores et déjà été menées.Trois visites d’exploitation (GAEC des Plantaz à Flaxieu, SCEA du Cerisier à Marlieux, EARL la ferme Gilbert Josserand à Mantenay Montlin) ont été organisées fin février/début mars pour convier cuisiniers, gestionnaires et élus à échanger avec les producteurs.

 

 

De plus, à l’occasion de la semaine « Connectez-vous local » (du 28 mai au 5 juin) ce sont 16 448 convives qui ont pu déguster un produit local par  jour ou un menu 100 % local.

Enfin, la création d’un réseau des cuisiniers, permet désormais un échange régulier entre les chefs d’un même secteur, qui vont à la rencontre des fournisseurs.

Au programme : dégustation des fromages de M. Eric ANANIKIAN (Belleydoux), du pain de la Boulangerie Cartonnet (Izernore) et des Yaourts du GAEC GROSFILLEX (GEX), visite des établissements GESLER (Haut-Valromey) et de l’exploitation de M. Raphanel (la Boisse). D’autres visites seront organisées dès la rentrée et durant tout l’automne, en complément de la semaine du goût (octobre). 


Contact :

Edouard Guyot - Chambre d'agriculture

]]>
news-47871Tue, 07 Aug 2018 11:31:54 +0200Découvrir un alpage de moyenne altitude à proximité des villageshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/decouvrir-un-alpage-de-moyenne-altitude-a-proximite-des-villages/Pour cette nouvelle édition la journée de découverte d’un alpage du département de l’Ain a emmené les participants sur les parcours de l’alpage collectif d’Arandas.Cette année se sont 54 personnes venant de la Bresse, de la Dombes, du Bugey voisin ou de la Michaille qui ont découvert cet autre territoirepastoral du département, à savoir le Bas Bugey. Cette année encore la Chambre d’agriculture de l’Ain et la SEMA bénéficiaient du soutien financier du Conseil Départemental pour l’organisation de cette journée.

Les participants avaient rendez-vous à 9 h30 à côté du parc de tri de l’alpage. Ils étaient attendus par Christian Prost, tout jeune retraité de l’agriculture et ancien Président du Syndicat Pastoral d’Arandas. Avant de partir pour des ballades accompagnées, Delphine Gudin, chargée de mission Pastoralisme à la Chambre d’Agriculture de l’Ain/SEMA, a rapidement présenté les caractéristiques du pastoralisme dans le département de l’Ain et le groupement pastoral d’Arandas. Cette structure collective compte 6 exploitations adhérentes qui estivent en commun 90 à 100 génisses sur l’alpage entre le 1er mai et fin octobre.

Les 6 exploitations sont des exploitations de la commune et de communes voisines. Le pâturage regroupe 160 ha dont une centaine hectares d’herbe.

Contrairement aux alpages du Retord Colombier, visités les années précédentes, il n’y a pas de berger sur cet alpage mais ce sont les éleveurs qui viennent tous les 2 jours surveiller leurs animaux, les points d’eau et les clôtures.

Comme les années précédentes deux groupes ont été constitués pour profiter au mieux des explications des intervenants. La pause casse-croûte permettant d’intervertir les groupes.

Un groupe découvrait la forêt et les pré-bois accompagné par Marc Perrier, ancien technicien forestier et membre de la Compagnie de Théâtre Mont Royal et la chargée de mission pastoralisme de la Chambre d’agriculture. Des contes sur la nature agrémentaient cette découverte. L’autre groupe était en compagnie d’un botaniste de l’Association pour la Connaissance du Jura, Jacques Bordon, et du technicien pastoral du CEN (Conservatoire des espaces  naturels), Benoit Martin, pour la découverte des milieux pâturés, ce groupe bénéficiait aussi de la présence de Christian Prost pour mieux comprendre l’utilité des équipements de l’alpage et son fonctionnement du point du vue agricole.

Au cours de ces ballades aux arrêts fréquents chacun à pu découvrir la gestion sylvicole et le lien de la forêt avec le pâturage mais aussi des indices de présence du chevreuil ou du sanglier d’un côté et apprendre à reconnaitre le cirse laineux et la carline, reconnaitre quelques fleurs emblématiques de ces milieux ouverts de moyenne altitude. La particularité de ces milieux avec une végétation, notamment arbustive, très vigoureuse et la présence d’espèces difficiles à contenir comme le tremble a également été abordée. La question des objectifs, parfois opposés, de tous les intervenants (groupement pastoral, commune, exploitants forestiers) sur ces espaces a aussi été présentée.

A midi chacun a sorti son pique-nique pour savourer une pause à l’ombre, avec dégustation de Comté et de Bleu de Gex de la fruitière d’Ordonnaz, de bleu, de Carcaillon et de tomme à l’ail des ours d’Emily Manos, le tout accompagné de vin du Bugey offert par la SEMA.

En fin d’après-midi, ceux qui le souhaitaient, ont pu repartir avec un morceau de fromage d’Emily, venue présenter sa production.

Et puis comme de coutume, notre intervenant conteur nous a offert une version étonnante et gouleyante du Petit Chaperon Rouge revue et corrigée par ses soins, pour conclure la journée.


Contact :

Delphine Gudin - chargée de mission Pastoralisme à la Chambre d’Agriculture de l’Ain/SEMA - 04.14.45.56.90

]]>
news-47851Mon, 06 Aug 2018 10:40:29 +0200Découvrez vos possibilités de formation dans le tout nouveau catalogue !https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/decouvrez-vos-possibilites-de-formation-dans-le-tout-nouveau-catalogue/Découvrez toute l'offre de la Chambre d'agriculture, soit 84 thématiques de formation différentes pour mieux vous accompagner au quotidien et dans vos projets d'entreprises. Que vous soyez chef d’exploitation ou salarié agricole, la Chambre d'agriculture du l’Ain vous propose une offre de formation enrichie et actualisée chaque année en fonction de vos besoins.

Plusieurs dispositifs formation sont à votre disposition (crédit d'impôt formation, service de remplacement pour formation, etc.). Rapprochez-vous du service formation pour en savoir plus. 

N’hésitez pas à vous préinscrire afin d’être sûr de pouvoir réaliser la formation qui vous intéresse sur www.ain.chambre.agriculture.fr/

Consultez également notre catalogue ou renseignez-vous directement au 04 74 45 47 01 ou formation@remove-this.ain.chambagri.fr

]]>
news-47863Tue, 07 Aug 2018 00:00:00 +0200Offre de pâturage sur le détachement air d'Ambérieu-en-Bugey pour 2019https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/offre-de-paturage-sur-le-detachement-air-damberieu-en-bugey-pour-2019/Le CEN dans le cadre du programme de préservation en faveur de la biodiversité et en partenariat avec le détachement air d'Ambérieu-en-Bugey recherche un éleveur partenaire pour faire pâturer des animaux.Type d'animaux
  • Le site a déjà été pâturé par des bovins mais le pâturage par d'autres types d'animaux peut être envisagé

Surface pâturable d'environ 85 ha

  • Végétation herbacée de type pelouses sèches avec des secteurs ligneux apportant ombre et fourrage.

Parcs de pâturage en place

  • Clôtures électrifiées et barrières franchissables

Eau

  • Point d'abreuvement par bac avec autorisation d'accès à une borne incendie pour remplissage

Information

  • Panneaux d'information et d'identification des parcs de pâturage en place

 

Pour plus d'informations et si cette annonce vous intéresse, vous pouvez contacter le CEN RHONE-ALPES - Antenne Ain - Château Messimy - 01800 CHARNOZ-SUR-AIN - Benoît MARTIN 04 74 34 98 60 / 06 38 52 81 98.

]]>
news-47825Mon, 06 Aug 2018 00:00:00 +0200Alpages à louer sur la HauteChaîne du Jura (01)https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/alpages-a-louer-sur-la-hautechaine-du-jura-01/La commune de Péron, propriétaire des alpages du Gralet et de la Poutouille, situés dans la partie sud de la Haute Chaine du Jura (1400m), souhaite louer ces alpages à partir de 2019.Ils peuvent être loués conjointement ou séparément en fonction des projets des candidats. Surface en herbe disponible : 26 ha. Lire la suite... 
 

Une visite des 2 alpages est prévue le 14 septembre. Inscription auprès de la SEMA / Chambre d’Agriculture au 04 74 45 47 04 ou par mail camille.doline@remove-this.ain.chambagri.fr


Candidature à envoyer avant le 25 septembre 2019 à : Chambre d’Agriculture de l’Ain - Camille Doline - 300 rue Santos Dumont -  ZA des Etournelles - 01200 CHATILLON EN MICHAILLE

Retrouver toutes les demandes et offres de pâturages

]]>
Ain
news-47476Thu, 26 Jul 2018 14:43:56 +0200Elections 2019 des membres de la Chambre d'agriculture : Révision des listeshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/elections-2019-des-membres-de-la-chambre-dagriculture-revision-des-listes/Les listes électorales pour les élections des membres de la Chambres d’agriculture de 2019 doivent être révisées à partir de la date d’affichage du présent avis pour toutes les catégories d’électeurs.
  • AVIS de révision des listes électorales - Electeurs individuels
  •  

     

     

    Les demandes d’inscription devront être adressées à la Commission d’établissement des listes électorales (secrétariat) :

    Préfecture de l’Ain - Direction des collectivités et de l’appui territorial
    Bureau de la légalité, de l’intercommunalité et de la démocratie locale
    45 avenue Alsace-Lorraine - CS80400
    01012 BOURG EN BRESSE Cedex

    • avant le 15 septembre 2018 pour les électeurs individuels
    • avant le 1er octobre 2018 pour les groupements professionnels agricoles

     

    Consultez le Décret n° 2018-640 du 19 juillet 2018 relatif à l'organisation des élections des membres des chambres d'agriculture

    En savoir plus sur les élections 2019...

    ]]>
    news-47039Fri, 20 Jul 2018 11:54:44 +0200La lutte contre l’ambroisie : Combiner mesures préventives et curativeshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/la-lutte-contre-lambroisie-combiner-mesures-preventives-et-curatives/Le mois de juin entrecoupé de fortes pluies et de températures estivales élevées ont favorisé le développement des ambroisies. Actuellement tout proche du stade floraison, le pic de pollen est annoncé pour fin juillet/ début août. C’est le moment de la détruire !Réduire le stock semencier

    Pour lutter durablement contre les adventices en général et en particulier, contre cette espèce envahissante, un levier essentiel à mettre en place dans vos parcelles est la réduction du stock semencier.

    En dehors des pratiques du désherbage (mécanique ou chimique), il s’agira de combiner différentes techniques, selon les conditions agronomiques, pédologiques, climatiques et votre temps disponible :

    • Empêcher la montée en graine (écimage / fauchage des bordures),
    • Limiter la germination et le développement des adventices (labour, allongement de la rotation, couvert végétal),
    • Pratiquer le faux semis pour faire germer les graines et les détruire avec un outil de travail du sol superficiel,
    • Limiter la propagation des graines d’une parcelle à l’autre avec le nettoyage du matériel de récolte.

    Ce travail de longue haleine, qui se gère sur la rotation, est nécessaire dans vos parcelles fortement infestées. Sans cet investissement, l’ambroisie sera problématique encore de nombreuses années.

    Sur le terrain, deux types de situation

    Dans les cultures de printemps : l’ambroisie qui n’a pu être détruite lors de l’implantation de vos cultures ou au cours du rattrapage du désherbage, est actuellement au stade de floraison. Le pic de pollen est prévu dans les prochains jours. 

    Pour ces cultures, en bord de champ, il est impératif de la détruire (fauche / arrachage) dès à présent d’autant plus si cette parcelle est à proximité de tiers et/ou visible par un grand nombre.

    A l’inverse, si votre parcelle est envahie d’ambroisie sur toute la surface (ex soja, tournesol), la destruction de votre culture n’est pas envisageable, sauf si le maire applique la réglementation sans concertation. Il vous faudra donc être très vigilant lors de la récolte de cette culture :

    • Moissonner cette parcelle en dernier afin d’éviter de contaminer les autres par les engins agricoles.
    • Nettoyer votre matériel sitôt le chantier terminé.
    • Post récolte : mettre en œuvre une stratégie de lutte accrue contre l’ambroisie sur la culture suivante

    Dans les cultures d’hiver, l’ambroisie n’est pas problématique. Si quelques graines ont pu germer au printemps,  elle est restée petite jusqu’à ce que la culture soit récoltée. C’est alors que sa croissance explose sous l’influence de la lumière. Pour les plus développées, qui auront été fauchées lors de la moisson, ces plantes vont se ramifier et générer au final plus de graines.

    La période d’interculture, sur chaumes est donc un moment idéal pour continuer à réduire le stock semencier. L’intervention peut se faire lors du travail du sol, via le déchaumage ou autre outil mécanique, en 1 ou 2 passages.

    L’utilisation de produits chimiques est à réaliser en dernier recours. Elle reste appropriée si vous constatez des vivaces dans vos terres (glyphosate 1080 g/ha). En cas d’utilisation, veuillez bien lire les étiquettes, pour la dose à appliquer.

    Son étendue progresse

    Particulièrement présente en région Auvergne-Rhône-Alpes, l’ambroisie s’étend progressivement à l’ensemble du territoire national : nouvelle aquitaine, Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire, etc. les causes de cette expansion sont à la fois les activités humaines mais aussi le changement climatique qui favorise la plante vers le nord et le nord-est de l’Europe.

    Dans notre région, l’Agence Régionale de Santé (ARS) avait estimé, en 2013, des coûts de santé à 15 millions d’euros pour les habitants souffrant de cette allergie.

    En ce sens, la lutte contre l’ambroisie fait office de priorité dans les plans nationaux de santé environnement. La FREDON (qui a pour objectif de travail la protection des végétaux contre les organismes nuisibles et les dangers sanitaires) a été missionnée afin de favoriser la coordination des actions de lutte entre les différents acteurs d’un même territoire.

    Simples citoyens ou agriculteurs

    Que nous soyons simple citoyen, élu local, gestionnaire de carrières, responsable d’infrastructures terrestres, agriculteur, etc., nous devons contribuer à limiter la prolifération de cette espèce en la détruisant avant floraison. Alors soyez vigilant, appliquez la règle d’or : empêchez la de fleurir et ainsi contribuez à limiter son étendue et le salissement de vos terres.

     


    Plus d’informations :

    Chambre d’Agriculture : Laurence Garnier 04 74 45 47 05

    FREDON : Léa Berthelier –  06 49 22 64 02

    Sur internet : www.ambroisie.info / www.signalement-ambroisie.fr

    RNSA : Réseau nationale de Surveillance Aérobiologique www.pollens.fr/

    Référent communal ambroisie (se renseigner en mairie)

    Instituts techniques : TERRE INOVIA / ARVALIS 

    ]]>
    news-47049Fri, 20 Jul 2018 11:54:44 +0200L’ambroisie en quelques chiffreshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/lambroisie-en-quelques-chiffres/Particulièrement présente en région Auvergne-Rhône-Alpes, l’ambroisie s’étend progressivement à l’ensemble du territoire national. Les causes de cette expansion sont à la fois les activités humaines mais aussi le changement climatique qui favorise la plante vers le nord et le nord-est de l’Europe.

    Dans notre région, l’Agence Régionale de Santé (ARS) avait estimé, en 2013, des coûts de santé à 15 millions d’euros pour les habitants souffrant de cette allergie.

    La graine 

    1 plant d’ambroisie = 3000 graines

    1 graine = 20 ans de longévité dans le sol avec un taux de germination de 85%

    Le grain de pollen = Très allergène, aéroporté jusqu’à 40km

    1 plant = 1 milliard de grains de pollen

    5 à 10 grains / m³ d’air = risque d’allergie (contre 50 grains/m³ pour les graminées)

     

    13 % de la population rhônealpine est allergique

     


    Plus d’informations :

    Chambre d’Agriculture : Laurence Garnier 04 74 45 47 05

    FREDON : Léa Berthelier –  06 49 22 64 02

    Sur internet : www.ambroisie.info / www.signalement-ambroisie.fr

    RNSA : Réseau nationale de Surveillance Aérobiologique www.pollens.fr/

    Référent communal ambroisie (se renseigner en mairie)

    Instituts techniques : TERRE INOVIA / ARVALIS 

    ]]>
    news-47046Fri, 20 Jul 2018 11:54:44 +0200Ambroisie : Que dit la réglementation ? https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/ambroisie-que-dit-la-reglementation/Le climat de juin a favorisé le développement des ambroisies. Des arrêtés réglementent leur prolifération.Arrêtés préfectoraux de lutte obligatoire

    "Les propriétaires ou les personnes en charge de l’entretien d’un terrain pour le compte d’un propriétaire (fermier, locataires, ou occupants à quelques titres que ce soit) sont tenus de :

    • Prévenir la pousse de plants d’ambroisie
    • Détruire les plants d’ambroisie déjà développés

    La destruction de l’ambroisie devra être réalisée par l’exploitant jusqu’en limite de parcelle (y compris talus, fossé, chemins, etc. inclus dans la parcelle cadastrale exploitée"

    Arrêtés fixant les règles relatives aux BCAE

    Les espèces invasives telles que l’ambroisie ne sont pas autorisées en couverts dans les bandes tampons. Il est préconisé de mettre en place un couvert suffisamment dense pour limiter la propagation de l’ambroisie.

     


    Plus d’informations :

    Chambre d’Agriculture : Laurence Garnier 04 74 45 47 05

    FREDON : Léa Berthelier –  06 49 22 64 02

    Sur internet : www.ambroisie.info / www.signalement-ambroisie.fr

    RNSA : Réseau nationale de Surveillance Aérobiologique www.pollens.fr/

    Référent communal ambroisie (se renseigner en mairie)

    Instituts techniques : TERRE INOVIA / ARVALIS 

    ]]>
    news-47473Tue, 17 Jul 2018 16:42:42 +0200Les Chambres d'agriculture d'Auvergne Rhône-Alpes au Sommet de l'Elevagehttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/les-chambres-dagriculture-dauvergne-rhone-alpes-au-sommet-de-lelevage-1/Les Chambres d'agriculture d'Auvergne Rhône-Alpes se mobilisent pour aller à la rencontre des éleveurs, du 3 au 5 octobre, au Sommet de l’Élevage à Cournon, dans le Puy-de-Dôme.Installé au centre de la France, berceau mondial des plus grandes races à viande bovines, le Sommet de l'Élevage est une vitrine exceptionnelle de l’élevage français. Les Chambres d'agriculture y donnent rendez-vous aux éleveurs dans de nombreux espaces :

    - sur leur  stand, qui valorisera, cette année, l'implication  du réseau et des partenaires dans la Recherche,l'Innovation et le Développement.

    - sur le stand Bio coordonné par la Chambre régionale d'agricuture Auvergne-Rhône-Alpes

    - sur le stand Mes P@rcelles, pour  découvrir l’ensemble de la gamme Mes P@rcelles 

    - le stand de la Chambre d'agriculture de l'Allier

    Les conseillers des Chambres départementales seront présents pendant les 3 jours pour animer les démonstrations, les concours de race.....

    A noter aussi les évènements particulièrement organisés par les Chambres d'agriculture :

    - la conférencesur la Transmission des exploitations du jeudi 4 octobre matin

    - et la remise des prix du concours de produits fermiers 'Fermier d'or"

    En savoir plus sur le Sommet de l'Élevage : programme général et  conférences

    ]]>
    news-47475Tue, 17 Jul 2018 16:42:42 +0200Le bio à l’honneur au Sommet de l’Élevage 2018https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/le-bio-a-lhonneur-au-sommet-de-lelevage-2018-1/Du 3 au 5 octobre 2018, les acteurs du développement de l'agriculture biologique et des filières élevage d’Auvergne- Rhône-Alpes, du Centre-Val de Loire et de Nouvelle-Aquitaine seront au Sommet de l’Élevage sur le stand collectif Élevage bio, coordonné par la Chambre régionale d’agriculture Auvergne Rhône-Alpes. Cet espace, agencé sous la forme de 2 pôles, un pôle "Développement de l'AB" et un pôle "Filières", sera un lieu d’échanges convivial entre producteurs et professionnels sur la filière biologique.

    De nombreuses structures sont au rendez-vous : les entreprises Unebio, Sicaba, Bioagri / Cizeron bio, Biolait, le Syvofa, Certipaq bio, Bureau Veritas, Alpes Contrôle, Sodiaal aux côtés des organismes de développement et de formation : Pôle AB Massif central, Réseau des chambres d’agriculture, Frab Aura, Coop de France, Cluster Bio, Bio Centre, Interbio NouvelleAquitaine, Vetagro Sup.
    Ils répondront à vos questions, vous feront déguster des produits bio locaux et participeront aux différents temps forts du stand bio!

    A ne pas manquer, sur le stand bio :

    •      L’inauguration le 3 octobre en fin de matinée
    •      Les Bio Meeting pour rencontrer des éleveurs : le 4 octobre et le 5 octobre à partir de 11h

     

    Contact :

    Audrey Tricard

    audrey.tricard@remove-this.aura.chambagri.fr

    ]]>
    Auvergne-Rhône-AlpesAgriculture biologiqueProductions animales
    news-46599Thu, 21 Jun 2018 15:28:25 +0200Concours de cuisine amateur en duo avec un Chefhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/concours-de-cuisine-amateur-en-duo-avec-un-chef-1/"Révélez votre talent de cuisinier en participant au concours de cuisine amateur Saveurs de l’Ain et participez à la finale le vendredi 9 novembre 2018 devant le public du Salon de la gastronomie !"Pour cette 2ème édition, les candidats mettront en avant lesproduits 100 % Bresseen proposant des recettes innovantes et créatives valorisant ce territoire, à base de poulet de Bresse A.O.P., crème de Bresse A.O.P., beurre de Bresse A.O.P., ...

    Les candidats se présentent en duo : un amateur et un professionnel de la restauration ou des métiers de bouche. Le duo ainsi constitué peut présenter au choix : un plat principal, une entrée chaude ou une entrée froide. Les ingrédients principaux doivent être le poulet de Bresse et la crème de Bresse et/ou le beurre de Bresse. Pour les ingrédients secondaires, il est recommandé aux participants d’utiliser des produits de Bresse.

    Les duos finalistes sélectionnés s’affronteront en finale le vendredi 9 novembre 2018 après-midi à Ainterexpo Bourg-en-Bresse dans le cadre du Salon de la gastronomie. Les dossiers de candidature seront jugés selon l’originalité et la faisabilité de la recette. Le jour de la finale, les candidats sélectionnés disposeront d’1h30 pour réaliser leur recette. Et pour départager les finalistes, le jury appréciera le respect du thème, la présentation de l’assiette ou du plat, le goût et l’originalité.

    Dès à présent, les duos amateur/chef peuvent s’inscrire.Déposez vos candidatures par mail saveursdelain@remove-this.ain.chambagri.fr  avant le 30 septembre 2018.

    Alors, si vous aimez la cuisine, la créativité, à vos casseroles !

    Règlement et dossier de candidature sont téléchargeables ici.

    Ce concours est organisé par Saveurs de l’Ain, en partenariat avec la Chambre d’agriculture, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, le Comité Interprofessionnel de la Volaille de Bresse et le Syndicat de Promotion de la Crème et du Beurre de Bresse.

    http://www.saveursdelain.fr/

    https://www.cma-ain.fr/

    http://www.pouletdebresse.fr/

    https://www.aoc-creme-beurre-bresse.fr/


    Contact :
    Frank MEUROU, Chargé de promotion Saveurs de l’Ain
    04 74 45 56 52 / 06 85 16 21 44

    ]]>
    news-44501Fri, 01 Jun 2018 16:51:17 +0200Participez au concours FERMIER d’OR 2018https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/participez-au-concours-fermier-dor-2018/Les inscriptions au concours de produits fermiers "Fermier d'or 2018" sont ouvertes. Les producteurs fermiers ont jusqu’au 30 juin 2018 pour s’inscrire. Vous êtes producteurs fermiers dans l’Ain ?
    Vous souhaitez participer à un évènement régional qui met en valeur le meilleur de nos produits fermiers ?
    Vous souhaitez voir évaluer vos produits par un jury de consommateurs et d’experts ?
    Pourquoi concourir ?

    Le concours Fermier d’Or permet avant tout aux producteurs de se situer par rapport à leurs collègues. Une lauréate explique : "Ce qui m’a motivé pour participer ? Avant tout parce qu’il s’agit d’un concours 100 % agricole. Cela m’intéressait de me confronter avec des professionnels qui font le même travail que moi, éleveur et transformateur !".

    C’est aussi un puissant accélérateur de notoriété pour les produits primés, car les consommateurs sont très sensibles aux distinctions officielles.

    Quoi de neuf en 2018 ?

    Cette année, 27 catégories de produits différents sont ouvertes à tous les producteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes. Soit 11 de plus par rapport à 2017 !

    S’ajoutent à cela 9 catégories, liées à un territoire de production déterminé, dont la Tome des Bauges et la rigotte de Condrieu, présents pour la première fois….et sans oublier, le Bleu d’Auvergne, le Cantal, le Salers, la Fourme d’Ambert, la Fourme fermière de Rochefort Montagne, le fromage aux artisons, et le Saint Nectaire.

    Les jurés, des consommateurs encadrés par des experts des produits, se réuniront les 18, 19 et 20 septembre 2018 à Aubière.

    Comment faire pour concourir ?

    Toutes les informations et les dossiers d’inscription sont sur www.aura.chambres-agriculture.fr/fermier-d-or-2018


    Contacts :
    Céline Facundo 04 74 45 47 29
    Alain Marty 04 73 28 78 46

    ]]>
    news-43326Thu, 26 Apr 2018 00:00:00 +0200Pâturage disponible pour génisses sur la commune de Brenoz et Neyrolles https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/paturage-disponible-pour-genisses-sur-la-commune-de-brenoz-et-neyrolles/Un GAEC propose 20 à 25 places en pension pour des génisses laitières ou allaitantes sur les communes de Brenoz et Neyrolles. Le pâturage est disponible de juin à octobre 2018.

    Les animaux disposeront de 15 ha de pâturage en début de saison et 15 hectares supplémentaires seront disponibles après la fenaison. L'eau de source est présente dans chaque parc.

    La surveillance peut être assurée par le GAEC tous les deux jours si besoin. Le troupeau pris en pension ne sera pas en contact avec le troupeau des exploitants.

    Pour plus d'informations et si cette annonce vous intéresse, vous pouvez contacter les éleveurs au 06.76.90.10.50.

    Contact : Audrey ROY - 04 74 45 59 99 ou 07 86 47 80 30

    ]]>
    news-41807Wed, 04 Apr 2018 13:40:00 +0200Places de pâturage disponibles sur la commune de Griègeshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/places-de-paturage-disponibles-sur-la-commune-de-grieges/Un éleveur propose 50 places en pension disponibles pour des bovins de 18 à 20 mois sur la commune de Grièges.Le pâturage accueillant ces animaux fait 30 ha d'un seul tenant séparé en deux parcs, donc possibilité d'accueillir deux troupeaux d'animaux de début avril à fin octobre.

    Pour plus d'informations et si cette annonce vous intéresse, vous pouvez contacter l'éleveur au 06.81.13.67.64.

    Contact : Audrey ROY - 04 74 45 59 99 ou 07 86 47 80 30

    ]]>
    news-41809Wed, 04 Apr 2018 13:38:06 +0200Pâturage disponible sur Samognathttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/paturage-disponible-sur-samognat/Un pâturage de 2,5 ha est disponible sur la commune de Samognat à partir du printemps 2018.Ce pré-humide est accessible en 4X4 et il convient pour des jeunes bovins à l'engraissement, desgénisses allaitantes, des ovins ou encore des caprins, des ânes et des chevaux.

    La période de pâturage est à définir en fonction des besoins de l'exploitant et du site.

    Pour plus d'informations et si l'annonce vous intéresse, vous pouvez contacter Benoit MARTIN du CEN au 06.38.52.81.98.

    Contact : Audrey ROY - 04 74 45 59 99 ou 07 86 47 80 30

    ]]>
    news-41808Wed, 04 Apr 2018 13:33:31 +0200Alpage collectif de "Sur Lyand" : des places sont disponibleshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/alpage-collectif-de-sur-lyand-des-places-sont-disponibles/La SICA de Corbonod Anglefort qui gère l’alpage collectif de Sur Lyand propose des places en alpage pour des génisses de race laitière ou allaitante.Possibilité d'accueillir une trentaine de génisses maximum.

    La saison d'alpage débute début juin et se termine fin septembre. L'alpage est gardé par un berger et il est divisé en plusieurs parcs. Des conditions sanitaires sont à respecter compte tenu du mélange des troupeaux. Chaque parc est équipé d'un parc de contention, d'un point d'eau et le berger apporte le sel.

    Pour plus d'informations et si cette annonce vous intéresse, vous pouvez contacter Pierre Nanterme au 07.85.33.02.83 ou Claude Forrat au 06.87.05.54.37.

    Contact : Audrey ROY - 04 74 45 59 99 ou 07 86 47 80 30

    ]]>
    news-41762Tue, 03 Apr 2018 19:24:48 +0200Les effluents peu chargés, pourquoi s'en soucier ?https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/les-effluents-peu-charges-pourquoi-sen-soucier/Gérer vos effluents peu chargés différemment des lisiers permet d’éviter la construction de nouvelles fosses.Au cours des dernières décennies, la gestion des effluents d'élevage a pris une place importante dans les pratiques des éleveurs. Un agriculteur soucieux de la bonne conduite de son élevage doit faire face à une problématique de taille : la mise en place de volumes de stockage suffisant pour la récupération des effluents produits par son activité et l'épandage de ces derniers lors des périodes propices. Une exploitation produit une quantité non négligeable d'effluents. Leur nature varie en fonction de l'activité et des pratiques agricoles.

    Parmi tous les types d'effluents possibles, il en existe certains qui peuvent être qualifiés d'Effluents Peu Chargés (EPC). Ces effluents se distinguent par leur caractère très liquide et faiblement polluant. Un EPC contient moins de 0,5 kg d'azote par m3. Ces produits ne sont pas rares sur les exploitations. Est considéré comme EPC: les eaux blanches (Salle de traite ou fromagerie à la ferme), les eaux vertes (quai et fosse de salle de traite), les eaux brunes (eaux pluviales ruisselant des aires d’exercice non couvertes) et les lixiviats de fumière non couvertes entre autre.

    Comme il est d'usage de récupérer ces différents effluents, il est courant pour les élevages de les gérer de la même manière que les lisiers. Ainsi ces EPC sont ajoutés aux fosses à lisier et épandus à la tonne. Pourtant cette méthode, bien qu'elle soit facile à mettre en œuvre (solution de gestion unique), risque à terme de pénaliser l'exploitation. En effet les EPC représentent de gros volumes (souvent plus de 500 m3 par an) ne correspondant qu'à moins de 10% de l'azote totale produite sur la ferme[1]. C'est pourquoi il est intéressant de les gérer différemment que les lisiers. Un agriculteur possédant un ouvrage de traitement d'EPC pourra éviter la construction de nouvelles fosses à lisier ou de fosses de récupération des jus de fumières. Il pourra aussi maintenir des zones non-couvertes et verra la valeur fertilisante de ses lisiers augmenter car plus concentrés. La fertilisation sera plus efficace et nécessitera moins de voyages (plus de transport d'eau).

    Ainsi un agriculteur possédant un ouvrage EPC choisi parmi les différents systèmes validés par l'IDELE fera des économies à moyen terme (réduction des investissements en bâtiment et des coûts d'épandages). Il pourra augmenter la taille de son troupeau sans avoir besoin de construire de nouvelles fosses (volumes libérés par les EPC) et ceci pour un coût de construction relativement faible car une part des EPC peut être auto-construit et ne demande que peu d'entretien.

     

    Théophile Brochu - 04 74 45 56 60

     


    [1]L'ensemble des données chiffrées de cet article proviennent des travaux réalisés par l'IDELE, les Chambres d'Agricultures et le Cemagref présentés dans l'ouvrage: "Les effluents peu chargés en élevage de ruminants, procédés de gestion et de traitements (Seconde édition revue et complétée)" de la collection Synthèse de l'IDELE, 2007.

    ]]>