fileadmin/user_upload/Auvergne-Rhone-Alpes/111_Extr-Ain_img/Interface/logo-rss-chambres.jpg Flux RSS des actualités2886517fr_FRLes chambres d'agricultureThu, 17 Oct 2019 09:43:20 +0200Thu, 17 Oct 2019 09:43:20 +0200TYPO3 EXT:newsnews-63859Wed, 16 Oct 2019 14:58:00 +0200Formations aux pratiques bio et alternativeshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/formations-aux-pratiques-bio-et-alternatives/Découvrez toutes les formations et pré-inscrivez-vous sans attendre ! 
Téléchargez le programme des formations bio et alternatives qui se dérouleront cette fin d'année et début 2020 et pré-inscrivez-vous sans attendre.

 

 

 

Les nouveautés cette année :

  • une journée de perfectionnement en kinésiologie animale, pour les personnes ayant déjà suivi les 2 niveaux proposés (initiation à la kinésiologie et santé par le toucher);
  • une session de perfectionnement en acupuncture, pour les éleveurs ayant suivi la formation d'initiation.

 


Contact :

Claire Baguet - Référente Agriculture Bio

claire.baguet@remove-this.ain.chambagri.fr - 04 74 45 47 10

]]>
AinAgriculture biologique
news-68820Wed, 16 Oct 2019 14:05:52 +0200Fruitière à Comté du Valromey : pose de la première pierre ce 16 octobrehttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/fruitiere-a-comte-du-valromey-pose-de-la-premiere-pierre-ce-16-octobre/Une quinzaine d’exploitations du syndicat des éleveurs laitiers du Valromey ont fait le choix de revenir à la production de fromages à forte Valeur Ajoutée et particulièrement de fromages sous signe de qualité AOP.Depuis 2017, ils ont pour projet la création d’une Fruitière et la production de Comté(en blanc ou affiné)ainsi que la production de fromages de diversification (en blanc ou affiné), de type Raclette ou Tomme.

Le projet se concrétise désormais avec l’obtention de 300 tonnes de droits à produire.

La Chambre d’agriculture de l’Ain a accompagné les éleveurs lors des différentes étapes de ce projet, avec :
  • Des études individuelles : étude technique, étude économique détaillée sur la transition vers le système Comté, plan de financement, montage des dossiers PCAE, étude bâtiment, permis de construire, DEXEL
  • Un accompagnement collectif : Formation collective au séchage en grange, formation collective qualité du lait (en partenariat avec ACSEL Conseil Elevage)

Nos équipes réaliseront également l’étude du projet de magasin collectif.


Le référent du projet ; Virginie CHEVALLIER – FOROT
04 74 45 47 13 virginie.chevallier@remove-this.ain.chambagri.fr

 

 

 

]]>
news-68682Mon, 14 Oct 2019 15:41:34 +0200La gouvernance se féminise https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/la-gouvernance-se-feminise/La Chambre d’agriculture de l’Ain regroupe 33 membres élus au suffrage universel direct pour six ans et huit membres associés. Dix sont des femmes. Le pré-carré masculin pour traiter des dossiers agricoles est bel et bien tombé.Exploitantes, mères de famille, novatrices et fières de leur métier..., les femmes assoient leur rôle de représentation de la profession et de défense de l’intérêt général agricole. Rencontre avec dix femmes passionnées et engagées !

 

]]>
AinCommunication institutionnelle
news-68376Wed, 09 Oct 2019 12:28:10 +0200Rejoignez la marque Saveurs de l'Ainhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/rejoignez-la-marque-saveurs-de-lain/Saveurs de l'Ain est une démarche départementale collective et durable de valorisation du patrimoine culinaire de l'Ain pour tous les acteurs de la gastronomie. En tant que producteur agricole vous êtes directement concerné !Les 6 bonnes raisons d'adhérer :
  • Une démarche largement médiatisée
  • Une fréquentation et des contacts qui contribueront à développer spontanément votre chiffre d’affaires : valorisation individuelle sur l’ensemble des outils de communication dédiés à la démarche ; relais sur les outils et supports de promotion départementaux ; valorisation à l’occasion d’évènements récurrents de promotion
  • Une médiatisation de votre activité et de votre production : directement dans votre établissement à travers les circuits courts, à travers les restaurateurs présents dans la démarche
  • Une dynamique de réseau interprofessionnel : chaque professionnel engagé communique sur l’ensemble des acteurs présents dans la démarche
  • Un ancrage territorial renforcé
  • Une adhésion gratuite
Vous trouverez ici votre bulletin d'adhésion à nous retourner sans plus attendre.

Une question ? Besoin d'aide ?

Frank Meurou : 04 74 45 56 52 / 06 85 16 21 44
frank.meurou@remove-this.ain.chambagri.fr

 

]]>
news-67116Wed, 25 Sep 2019 11:36:00 +0200Le concours des couverts végétaux 2019 c'est parti !https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/le-concours-des-couverts-vegetaux-2019-cest-parti/Le concours "Couverts végétaux" a pour ambition de distinguer les agriculteurs qui mettent en place des couverts valorisant ainsi leur intérêt dans la conduite agronomique des exploitations.Le développement de l'agroécologie est inscrit dans la loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt (LAAF) d'octobre 2014 ; La couverture des sols est l'un des éléments du processus de l'agroécologie.

Le  concours "Couverts végétaux" a pour ambition de distinguer les agriculteurs qui mettent en place des couverts valorisant ainsi leur intérêt dans la conduite agronomique ou fourragère de leurs exploitations. C’est aussi une façon positive de parler des couverts végétaux et contribuer au développement de ces pratiques. Ce concours a été initié par la Direction Départementale des Territoires de l’Ain et la Chambre d’Agriculture de l’Ain en 2018. Il est reconduit cette année avec l’appui de différents partenaires de structures agricoles, associatives et territoriales.

Participation au concours

Toute exploitation agricole ayant son siège dans le département de l’Ain qui met en place des couverts végétaux à vocation agronomique peut participer. Le nombre de parcelles engagées est limité à 2 par exploitation. Les participants s’engagent à donner accès à la parcelle, le cas échéant, pour une visite du jury. Les participants donnent leur accord pour la publication des photos de leur(s) parcelle(s).

Modalités de candidature

Les dossiers de candidature sont à retirer avant le 20 octobre 2019 auprès de la Chambre d’agriculture de l’Ain ou des partenaires

La participation au concours est gratuite.

Le dossier sera composé de 4 photos du couvert datées permettant d’observer sa composition, son développement :

  • vue d’ensemble de la parcelle (vue «cabine tracteur »),
  • photo détaillée du dessus,
  • photo détaillée du dessous (étage inférieur du couvert),
  • Photo permettant d’estimer sa hauteur (objet de référence, par ex une bêche).

 

CHAMBRE D’AGRICULTURE DE L’AIN
Equipe Agronomie Environnement
Concours "Couverts végétaux"
04 74 45 47 06 - agronomie@remove-this.ain.chambagri.fr

 

]]>
news-66858Fri, 20 Sep 2019 10:57:00 +0200Participez au Salon de la Gastronomiehttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/participez-au-salon-de-la-gastronomie/La Chambre d'agriculture propose à ses ressortissants et adhérents Saveurs de l'Ain des tarifs privilégiés pour participer à ce rendez-vous gastronomique.Le Salon de la Gastronomie de Bourg-en-Bresse aura lieu à Ainterexpo du vendredi 8 au lundi 11 novembre.

Saveurs de l’Ain s’associe à cet évènement avec cette année une présence renforcée sur un espace de 1 600 m² dédié à la marque et à ses adhérents !

Un agencement entièrement repensé, une signalétique confortée et une communication spécifique seront mis en oeuvre afin d’assurer une visibilité optimale au patrimoine culinaire de l’Ain, ses produits et ses savoir-faire.


Si vous souhaitez participer, vous trouverez le dossier d'inscription à nous retourner dans les plus brefs délais et impérativement avant le 11 octobre prochain ! Afin d'avancer dans la réservation des espaces auprès d'Ainterexpo, vous pouvez d'ores et déjà nous confirmer votre participation par mail (frank.meurou@ain.chambagri.fr) en précisant la surface souhaitée (l'envoi du dossier reste obligatoire).

N'hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire.

La liste des produits agréés Saveurs de l’Ain évolue !

Effectif à compter du 1er janvier 2020, votre demande d’adhésion à la marque Saveurs de l’Ain vous permet de participer si vous le souhaitez au prochain Salon de la gastronomie de Bourg, du 8 au 11 novembre prochain.
En effet, les critères d’adhésion à la nouvelle marque culinaire Saveurs de l’Ain évoluent et la liste des produits agréés s’est élargie.
Nous vous invitons à nous retourner votre dossier d'inscription au salon de la gastronomie en précisant les produits présentés. Nous étudierons votre candidature et vous informerons sur votre éligibilité.


Contact :
Frank Meurou 04 74 45 56 52 / 06 85 16 21 44 - frank.meurou@remove-this.ain.chambagri.fr

 

 

]]>
news-66708Tue, 17 Sep 2019 13:15:00 +0200L'agriculture bio en Auvergne-Rhône-Alpeshttps://aura.chambres-agriculture.fr/actualites/detail-de-lactualite/actualites/lagriculture-bio-en-auvergne-rhone-alpes-1/Publication de l'Observatoire Régional de l'Agriculture en Auvergne-Rhône-AlpesAgriculture biologiquenews-66647Mon, 16 Sep 2019 11:27:54 +0200Une formation pour apprendre à piéger les prédateurshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/une-formation-pour-apprendre-a-pieger-les-predateurs/Élevage de volaille de plein air Pour vous protéger, apprenez à piéger Les 3 et 10 octobre, la Chambre d’agriculture de l’Ain organise une formation sur le piégeage à destination, prioritairement, des éleveurs de volailles de plein air. 

Un apprentissage obligatoire, qui autorise les exploitants à protéger leurs animaux. D’autant plus d’actualité que l’année 2019, marquée par une explosion des populations de renards, s’annonce particulièrement meurtrière pour les gallinacés.

Lire l'article complet paru dans l'Ain Agricole du 12 septembre

Contact : Isabelle Bouveron  04 74 45 67 21

]]>
news-51827Fri, 13 Sep 2019 09:05:00 +0200Fermages 2019 : Augmentation de 1,66 % par rapport à 2018https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/fermages-2019-augmentation-de-166-par-rapport-a-2018/Un arrêté préfectoral du 9 août indique l'actualisation de l'indice des fermages.Consultez l'arrêté actualisant les maxima et minima relatifs au prix des fermages 2019.]]>news-64818Thu, 08 Aug 2019 15:18:12 +0200Méthanisation agricole : l’agriculture a de l’énergie à faire valoirhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/methanisation-agricole-lagriculture-a-de-lenergie-a-faire-valoir/Aujourd’hui doté de 9 unités de méthanisation agricole, le département de l’Ain devrait voir ce nombre plus que doubler. De 9 réalisations en 6 ans, à 13 projets en 2 ans

2019 et 2020 seront marquées par l’accélération du nombre de mise en service et de construction d’unité : 13 dossiers ont déjà été déposés à la Chambre d’agriculture.

Pourquoi un tel boom ? "Parce que la méthanisation peut constituer un complément de revenu intéressant pour les agriculteurs", résume Gilles Brenon, vice-président de la Chambre en charge de ce sujet.

"C’est aussi une façon pour nous d’apporter une pierre à l’édifice de la lutte contre le réchauffement climatique", renchérit Michel Joux, président de la Chambre d’agriculture de l’Ain.


Autre avantage : les lisiers traités par le digestat du méthanisateur sont utilisés comme fertilisants avec les mêmes vertus que la matière organique originelle, l’odeur en moins. "C’est un argument non négligeable vis à vis de nos concitoyens, en particulier pour les éleveurs porcins."

Des unités de plus en plus puissantes directement reliées au réseau « gaz »

En 7 ans, les techniques ont évolué. Dans l’Ain, les projets, jusqu’ici, sont portés majoritairement par des individus. Mais des "petits" projets collectifs émergeront bientôt. De la cogénération, on glisse peu à peu vers l’injection directe du gaz dans les conduites de GRDF. "Ils sont demandeurs d’énergies renouvelables et de petites unités partout sur le territoire", précise Gilles Brenon.

Pour autant, "n’allez pas croire qu’on peut se lancer à la légère dans pareil investissement", la méthanisation suppose un travail quotidien. Il faut donc s’assurer de disposer de suffisamment de matière organique et gérer les flux pour éviter les coupures.

Tous les indicateurs sont donc au vert pour que la méthanisation agricole se développe à vitesse grand

V.

 


Contact :

Vincent Caussanel, chargé de mission énergie - 04 74 45 47 12

 

 

]]>
news-64619Fri, 02 Aug 2019 11:28:00 +0200La Chambre d'agriculture recrute un conseiller pastoralisme sur la zone montagne de l'Ain.https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/la-chambre-dagriculture-recrute-un-conseiller-pastoralisme-sur-la-zone-montagne-de-lain/Vous avez une formation d'ingénieur agricole ? une licence pro ou un BTS spécialisation agriculture de montagne ? Ce poste est fait pour vous !Ce poste est à pourvoir au sein du Territoire de la Chambre d’agriculture de l’Ain.

Le(a) candidat(e) retenu(e) aura pour missions principales :

  • Appui à la constitution et à l’animation d’AFP (Association Foncière Pastorale)
  • Emergence et suivi de travaux pastoraux
  • Animation de groupes d’éleveurs
  • Réalisation de diagnostics agro-pastoraux et d’études liées au pastoralisme.

Voir les conditions d'emploi, le profil et les compétences

Le dossier de candidature (lettre de motivation et curriculum vitae) est à adresser, avant le 6 septembre 2019 à :
Monsieur le Directeur, Chambre d’agriculture de l’Ain
4 avenue du champ de foire BP 84
01003 BOURG EN BRESSE


Contact :

Christelle Perret -  Tel : 04.74.45.47.02 - Fax : 04.74.45.47.00 - Mail : christelle.perret@remove-this.ain.chambagri.fr

]]>
news-64351Mon, 29 Jul 2019 10:22:51 +0200Viticulture : Obtenir le label HVEhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/viticulture-obtenir-le-label-hve/17 viticulteurs du Bugey ont suivi une formation et ont été audités pour obtenir le label "Haute valeur environnementale" (HVE).Cette certification environnementale est issue du Grenelle de l’Environnement.

Reconnue et portée par les pouvoirs publics, c’est une démarche volontaire et accessible à tous types d’exploitations agricoles.

Impulsées par la Chambre d’agriculture de l’Ain en partenariat avec le Syndicat des vins du Bugey, les formations HVE ont réuni 17 viticulteurs du Bugey, adhérents au Syndicat. C’est le cas de Patrick Bottex qui, en s’inscrivant en début d’année à la session de formation "Haute valeur environnementale" a vu là l’occasion de savoir si ses pratiques étaient aussi respectueuses de l’environnement qu’il l’imaginait.

Sur les 17 participants, tous ont obtenu les résultats escomptés pour obtenir le label HVE. Une belle satisfaction pour ces viticulteurs du Bugey qui montre tout l’intérêt qu’ils portent à la préservation de la biodiversité et au maintien des éléments naturels (arbres, haies…) présents sur leur exploitation.
Une nouvelle formation sera probablement organisée en janvier prochain, et ouverte cette fois-ci à tous et à toutes types de production.

Lire la suite...

 


Contact :

Gabrielle DUMAS, Conseillère d’entreprise à la Chambre d’agriculture
04 81 51 00 58 / 06 69 46 83 76
gabrielle.dumas@remove-this.ain.chambagri.fr

]]>
news-64228Thu, 25 Jul 2019 14:15:20 +0200Les chiffres clefs de l'élevage dans l'Ainhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/les-chiffres-clefs-de-lelevage-dans-lain/Bilan des actions de l'Etablissement Départemental d'Elevage de l'Ain, en 2018.Ce document affiche les résultats chiffrés des actions suivies par l'EDE de l'Ain :
  • Identification animale
  • Certification de la parenté bovine
  • Bovins Croissance
  • Animation des syndicats de races allaitantes
  • Conseils en bâtiments
  • Traite
  • Qualité Rhône-Alpes Elevage
]]>
news-64160Wed, 24 Jul 2019 14:29:03 +0200Alpage à louerhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/alpage-a-louer/Un alpage de 33 ha dont 12 ha d’herbes environ est disponible sur la commune d’Injoux Génissiat. Ce pâturage est accessible en bétaillère par une piste forestière, équipé d’un point d’eau et clôturé par du barbelé (2 à 3 rangs).

Il convient pour 10 à 12 génisses de 2 ans.

Pâturage possible de juin à fin septembre. Location 400€ environ.

Surveillance possible sous condition.

Pour plus d’informations et si l’annonce vous intéresse, vous pouvez contacter Jean Michel Pillet au 06 77 08 83 90.

]]>
news-64082Wed, 24 Jul 2019 09:22:00 +0200Un pôle "Saveurs de l'Ain" au Salon de la Gastronomiehttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/un-pole-saveurs-de-lain-au-salon-de-la-gastronomie/La 29ème édition du Salon de la Gastronomie de Bourg-en-Bresse se déroulera à Ainterexpo du vendredi 08 au lundi 11 novembre 2019.Il est le rendez-vous incontournable entre les fins gourmets, les épicuriens et les professionnels des métiers de bouche depuis près de 30 ans.
Nouveauté : pôle Saveurs de l’Ain

Saveurs de l’Ain s’associe à cet évènement avec, cette année, une présence renforcée sur un espace de 1 600 m2 dédié à la marque et à ses adhérents !
Un agencement entièrement repensé, une signalétique confortée et une communication spécifique seront mis en œuvre afin d’assurer une visibilité optimale au patrimoine culinaire de l’Ain, ses produits et ses savoir-faire.
 
Les conditions de participation ainsi que le dossier d’inscription seront disponibles à partir de fin août.

Sur demande auprès de Frank Meurou 04 74 45 56 52 - frank.meurou@remove-this.ain.chambagri.fr

 

]]>
news-64134Wed, 24 Jul 2019 09:22:00 +0200Concours de cuisine amateur en duo avec un chefhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/concours-de-cuisine-amateur-en-duo-avec-un-chef-2/"Révélez votre talent de cuisinier en participant au concours de cuisine amateur Saveurs de l’Ain et participez à la finale le samedi 09 novembre 2019 devant le public du Salon de la gastronomie !" Pour cette 3ème édition, les candidats mettront en avant les produits 100 % Bugey-Sud en proposant des recettes innovantes et créatives valorisant ce territoire. Les candidats se présentent en duo : un amateur et un professionnel de la restauration ou des métiers de bouche.

Le duo ainsi constitué peut présenter au choix : un plat principal, une entrée chaude ou une entrée froide.

Les duos finalistes sélectionnés s’affronteront en finale le samedi 09 novembre 2019 après-midi à Ainterexpo Bourg-en-Bresse dans le cadre du Salon de la gastronomie.

Les dossiers de candidature seront jugés selon l’originalité et la faisabilité de la recette. Le jour de la finale, les candidats sélectionnés disposeront d’1h30 pour réaliser leur recette. Et pour départager les finalistes, le jury appréciera le respect du thème, la présentation de l’assiette ou du plat, le goût et l’originalité.

Alors, si vous aimez la cuisine, la créativité, à vos casseroles !

Règlement complet et inscriptions (avant le 30 septembre 2019) ici
 
Renseignements : Frank Meurou 04 74 45 56 52 / frank.meurou@remove-this.ain.chambagri.fr /www.saveursdelain.com

 

]]>
news-63999Tue, 23 Jul 2019 13:14:24 +0200Intensifier la lutte contre l’ambroisiehttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/intensifier-la-lutte-contre-lambroisie/Après les récoltes d’été, le développement d’ambroisies peut être important dans les chaumes et conduire à une émission de pollen abondante.La surveillance des parcelles pour repérer la présence d’ambroisies est alors recommandée. Un nouvel arrêté oblige sa destruction avant floraison.
Lire la suite...

 

 

 


Plus d’informations auprès de votre Chambre d’agriculture : Laurence Garnier 04 74 45 47 05

Sur internet : www.ambroisie.info / www.signalement-ambroisie.fr

Auprès de votre référent communal ambroisie (se renseigner en mairie)

Et auprès des  instituts techniques : TERRE INOVIA ou ARVALIS 

*RNSA : Réseau nationale de Surveillance Aérobiologique www.pollens.fr/

]]>
news-63539Fri, 12 Jul 2019 14:15:33 +0200Faites-nous connaître vos besoins !https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/faites-nous-connaitre-vos-besoins/Vous venez de réaliser une prestation avec l'un de nos conseillers.N'hésitez pas à nous faire connaître vos autres préoccupations du moment au moyen de ce questionnaire et nous préciser si vous souhaitez que nos équipes prennent contact avec vous.]]>news-63437Thu, 11 Jul 2019 15:36:54 +0200Point de vente collectif : Bien accueillir le clienthttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/point-de-vente-collectif-bien-accueillir-le-client/Les producteurs associés du magasin «La Meuhh» à Parcieux ont repensé le point de vente en un espace de proximité chaleureux, clair et naturel.Avec l’aide du service circuits courts de la Chambre d’agriculture de l’Ain et les conseils d’un architecte d’intérieur, La Meuhh a fait peau neuve.

Dès son entrée, le client est orienté vers la droite d’où il découvre l’ensemble du magasin.

Des viandes, on passe aux fromages qui jouxtent les fruits et légumes frais.... Lire l'article complet paru dans l'Ain Agricole du 11 juillet (auteur : Magdeleine Barralon)

]]>
news-63443Thu, 11 Jul 2019 15:36:54 +0200Point de vente collectif : Guillaume Petit donne son avishttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/point-de-vente-collectif-guillaume-petit-donne-son-avis/Guillaume Petit est responsable de l’équipe conseil aux filières. Il intervient, au plan national en qualité d’expert, d’audit et de formateur auprès des responsables de points de vente collectifs."Nous apportons notre conseil, le plus en amont possible. Si c’est du neuf, il s’agit de dimensionner le local, en fonction des besoins. Dans le cas de bâtiment existant, on analyse les facteurs de contraintes".... Lire la suite du témoignage recueilli par Magdeleine Barralon et paru dans l'Ain Agricole du 11 juillet]]>news-63317Wed, 10 Jul 2019 14:45:08 +0200Suivi à l’installation : Nous vous accompagnons pendant 2 anshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/suivi-a-linstallation-nous-vous-accompagnons-pendant-2-ans/Il n’est pas toujours facile d’être sûr de ses décisions lorsque l’on vient de s’installer. Pour conforter vos choix, optez pour un suivi.Votre installation est maintenant officielle et vous allez pouvoir vivre pleinement votre métier d’agriculteur mais surtout celui de chef d’entreprise.

Face à ses nouvelles responsabilités, il n’est pas toujours facile d’être sûr de ses prises de décisions, de garder le cap sur ses objectifs et de faire le tri dans les différents conseils de son entourage.

 

 

Pendant 2 ans, un suivi vous permet de piloter au mieux votre projet et d'atteindre vos objectifs technico-économiques.

Rappelons que le « suivi Jeune Agriculteur » déployé par les conseillers d’entreprise s’adresse à tous les jeunes installés depuis moins de 5 ans, qu’ils aient bénéficié ou non des aides de l’état (Dotation Jeune Agriculteur et/ou prêts bonifiés à l’installation).

Que contient le suivi à l'installation ?

Vous rencontrez votre conseiller pour :

  • Faire le point sur la mise en œuvre de votre projet
  • Analyser vos résultats et les comparer à votre prévisionnel,
  • Bénéficier de l'avis du conseiller sur les orientations avec l'analyse des résultats technico-économique annuels : Points positifs, points de vigilance, préconisations
  • Un appui réglementaire, pour faire face à vos divers engagements
  • Une aide à la décision et un suivi régulier en fonction de vos besoins et questionnements
Quels sont les avantages du suivi à l'installation ?
  • Vous êtes épaulé par des conseillers ayant l'expérience de l’installation
  • Vous bénéficiez d'une veille sur les dispositifs réglementaires
  • Vous bénéficiez d'un conseil indépendant et objectif, d’un accompagnement personnalisé considérant vos objectifs professionnels et personnels
  • Vous accédez à des références technico-économiques des Chambres d'agriculture sur la majorité des filières.

Vous disposez de tous les éléments pour anticiper, piloter et réussir votre projet sur le long terme. Contactez-nous pour en savoir plus :

Equipe Conseils aux entreprises

04 74 45 56 92

celine.mante@remove-this.ain.chambagri.fr

Vous êtes client du CERFRANCE Ain ?

Nous vous proposons de travailler en collaboration avec votre comptable afin d’optimiser votre temps.

  • Vous bénéficiez d’un accompagnement individuel personnalisé d’un binôme composé d’un conseiller d'entreprise et votre comptable conseil afin de faire le point sur votre projet d’installation et faciliter la gestion administrative liées aux engagements JA.
]]>
news-63329Wed, 10 Jul 2019 14:32:00 +0200L'apprentissage, un "vrai plus" pour mon exploitationhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/lapprentissage-un-vrai-plus-pour-mon-exploitation/Prendre un apprenti représente une véritable opportunité. Contactez notre conseillère pour en savoir plus.En embauchant un(e) jeune en apprentissage, vous pourrez :
  • Etre aidé sur l’exploitation
  • Former un futur associé ou salarié en partageant vos savoir-faire et vos compétences
  • Faciliter l’entrée d’un futur actif opérationnel dans le monde du travail.

 

Ce type d’embauche est une solution gagnant-gagnant pour l’employeur et l’apprenti(e).

Elle permet de répondre aux  besoins d’une entreprise et aux attentes des jeunes qui souhaitent se former, acquérir des compétences professionnelles et obtenir un diplôme ou titre certifié.

Plus de 200 exploitants sont déjà engagés dans cette démarche sur le département. Pourquoi pas vous ?

Nous sommes à votre disposition pour plus de renseignements et pour vous accompagner dans votre recherche d’apprenti(e)s.

Démarches gratuites

Vous pouvez bénéficier d’une aide financière sur toute la durée du contrat (sous conditions).


Gwladys HUCTIN                                            

Développeur apprentissage Ain/Rhône                                                  

04 78 19 47 54 / 06 74 03 73 35

apprentissage@remove-this.ain.chambagri.fr

]]>
news-63340Wed, 10 Jul 2019 13:06:00 +0200Des formations pour les pisciculteurshttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/des-formations-pour-les-pisciculteurs/Mieux comprendre pour progresser... Découvrez les formations proposées par l'Association de Promotion du Poisson d'Etangs de Dombes pour ce deuxième semestre 2019 destinées aux propriétaires d’étangs, aux gestionnaires et toute personne désireuse d’en savoir plus sur les étangs. 

 

 

 

 

 

Vous pouvez vous inscrire dés à présent  soit :

- par mail à contactapped@remove-this.gmail.com en précisant la date et le titre de la formation choisie

- par courrier  à l'APPED - 42 rue Lavéran 01330 Villars les Dombes

 


Katy Moliere

Association de Promotion du Poisson d'Etangs de Dombes

Tel. 06 85 16 39 96

http://www.poissonsdedombes.fr/

]]>
news-62817Tue, 02 Jul 2019 09:39:01 +0200Valorisation du fumier de cheval : Répondez à l'enquête Val'fumierhttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/valorisation-du-fumier-de-cheval-repondez-a-lenquete-valfumier/A l’initiative du Groupement Hippique National et soutenu par tous les organismes de la filière équine, le programme Val’fumier a pour objectif de développer localement des solutions de valorisation du fumier de cheval.Un projet concernant les problématiques du fumier équin sera mis en oeuvre en 2019 et 2020, au sein de 3 Régions, dont la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

 

 

Un contexte propice au lancement de ce projet

Face à une activité équine croissante et à la baisse de l’enlèvement traditionnel du fumier vers les champignonnières, la gestion du fumier équin devient problématique.

Les procédés de valorisation de la matière organique comme le compostage ou la méthanisation, pratiqués pour recycler les effluents d’élevage en amendement ou bioénergie, sont encore peu utilisés en France pour traiter le fumier de cheval. D’autres procédés innovants de recyclage sont aussi en cours de développement.

La valorisation du fumier de cheval en tant que déchet organique agricole doit être réfléchie dans une logique de développement durable et de gestion à l’échelle locale. Différentes études et moyens de vulgarisation sur la valorisation du fumier de cheval, publiés depuis une quinzaine d’années, ont permis de décrire, d’analyser la problématique et les enjeux du recyclage du fumier de cheval. Cependant des solutions concrètes locales manquent encore aujourd’hui pour valoriser au mieux le fumier de cheval de certaines structures hippiques et équestres.

Description du Projet

Répondant à une demande émanant du GHN (Groupement Hippique National), et soutenu par tous les organismes de la filière équine, le projet « Val’fumier » a pour objectif, à l’échelle de trois régions françaises (Normandie, Centre-Val de Loire et Auvergne-Rhône Alpes), de développer des filières de valorisation du fumier de cheval pérennes et collectives de recyclage des effluents des structures équines.

Il s’agit de sensibiliser la filière équine à mieux appréhender l’intérêt de valoriser le fumier de cheval dans le cadre de l’agriculture raisonnée et de l’économie circulaire et durable, mais également de respecter la réglementation en terme de stockage et de valorisation des effluents.

Ce projet est porté par le GHN, en collaboration avec l’Institut Français du Cheval et de l’équitation, et en partenariat avec les principaux organismes représentatifs de la filière équine (FFE, SFET, France Galop, Le Trot, FNCC, Chambres d’agriculture, FNCC, Idele et Hippolia…). Il a par ailleurs obtenu des cofinancements du Conseil scientifique de l’Ifce et du fond Eperon.

En terme d’action, il est, dans un premier temps, prévu de réaliser un état des lieux des besoins et problèmes rencontrés en terme d’évacuation, stockage ou valorisation du fumier par les producteurs (établissements équestres et hippiques). Cela contribuera notamment à identifier et étudier, dans un second temps, toutes les solutions locales organisées, ainsi que les nouveaux projets de valorisation des matières organiques, afin d’utiliser le fumier équin en respectant la règlementation et en limitant l’empreinte carbone. Il s’agira, in fine, de favoriser la mise en relation des producteurs et des transformateurs.

Détails des actions :

1- Enquête auprès des producteurs de fumier (établissements équestres et hippiques) via une enquête internet nationale et des entretiens terrain à l’échelle des trois régions concernées.
2- État des lieux des filières de valorisation existantes à l’échelle des trois régions concernées
3- Création d’un réseau consultatif pérenne en territoire pour les trois régions concernées
4- Expertiser et diffuser les références en terme de : nature du fumier de cheval, valeurs agronomiques, pouvoir méthanogène, teneurs en résidus médicamenteux ou/et produits phytosanitaires, règlementation concernant le stockage, la valorisation et la mise sur le marché.

Vous êtes producteur de fumier et à la recherche d’une solution de valorisation de celui-ci, ou vous souhaitez partager une idée de valorisation que vous avez mis au point ou que vous exploitez, prenez quelques minutes pour répondre à notre enquête : cliquez ICI

Gouvernance duprojet

Un Comité de pilotage national composé de toutes les structures partenaires définit les grandes lignes du projet.

Un groupe opérationnel, constitué à l’échelle de chacune des 3 régions, contribue à la définition de la mise en oeuvre locale du projet en prenant en compte les spécificités du territoire concerné. Ce groupe opérationnel est composé de représentants de la filière équine et d’experts techniques concernant les principales problématiques liées à la gestion du fumier équin.

Les études et transferts de connaissances seront élaborés par le Pôle Développement Innovation Recherche de l’Ifce.

 

Si vous souhaitez diffuser l’information, un flyer de présentation du projet est mis à votre disposition : Flyer Valfumier

Vous avez des questions sur ce projet, vous souhaitez témoigner sur votre situation ou encore obtenir davantage d’informations sur les solutions de valorisation existantes, contactez-nous : melanie.conraud@ifce.fr – 04 37 61 19 18

]]>
news-62434Mon, 24 Jun 2019 11:54:02 +0200Trophées de l’agriculture de l’Ain 2019https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/trophees-de-lagriculture-de-lain-2019/La 4ème édition de la soirée « Trophées de l’agriculture de l’Ain 2019 » a été un réel succès. Des exploitations agricoles ayant mené à bien de beaux projets et initiatives ont ainsi pu être mises à l’honneur, lors de cette belle soirée.

Pour revivre les meilleurs moments, nous vous invitons à suivre le lien suivant : https://youtu.be/x6VQUH-5-6g

 

Trophée de l'agricultrice de l'année, remis par Jean-Didier Derhy, Directeur des Editions du Progrès  de l'Ain et du Jura à Catherine Blanc de l'Escar'pade de Matafelon-Granges

Trophée de l'installation, remis par Gérard Cormorèche, Président de la Fédération du Crédit Mutuel du Sud-Est à Ludovic Bardet de Servas

Trophée de l'avenir : Les lycées agricoles des Sardières et de Cibeins, représentés par leurs Directeurs, Jean-Yves Charvin et Jean-Yves Cortey, remettent le trophée à Jean-Philippe, Mathieu et Simon Penin de la SCEA des Vergers, de Reyrieux

Trophée de l'agriculture biologique, remis par Maria Pelletier, Présidente de la Meunerie Moulin Marion à Madelaine Rodiger (Terre de Rêves) de Saint-André-sur-Vieux-Jonc

Trophée Filière Végétale, remis par Xavier Bernard, Président du Groupe Bernard à Geoffroy Cormorèche de la Société Cormorèche aux Echets

Trophée de l'innovation, remis par Michel Joux, Président de la Chambre d'agriculture à Hervé Puthet, Président de l'Association Bois Agri-local Aindinois

Trophée de la communication, remis par Adrien Bourlez, Président de la CGA à Mathieu Grange du GAEC P2MN de Courtes

Trophée Coup de coeur du jury, remis par Alexandre Nanchy, Conseiller régional à Elodie Kaczka, salariée de la plateforme agri-emploi 01

Trophée Agrilocal, remis par Jean Deguerry, Président du Département à Bertrand et Fabien Landré du GAEC des Iris de Bâgé-la-Ville

Daniel Gobet, champion du monde de pâté en croûte

 

 

]]>
news-62266Wed, 19 Jun 2019 11:34:06 +0200Ambroisie en milieu agricole : Je reste vigilant !https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/ambroisie-en-milieu-agricole-je-reste-vigilant/L’ambroisie à feuille d’armoise est une plante annuelle dont le pollen allergisant provoque des troubles conséquents tels que rhinite, asthme, etc. Elle est à l’origine d’un véritable problème de santé publique qui affecte entre 6% et 12% de la population Rhône-alpine et impacte le rendement des cultures de printemps.L’ambroisie : une problématique de plus en  plus préoccupante et couteuse

L’Agence régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes (ARS AuRA) a publié en 2017 une étude médico-économique qui estime le coût global des soins en lien avec l’allergie à plus de 40,6 millions d’euros (consultations, médicaments, arrêts de travail, etc.) pour notre région.

Les grains de pollen par plante se comptent par milliard et leur dispersion par le vent peut atteindre un rayon de 100 km. Avec seulement 5 grains de pollen par m³, une personne peut déclencher une allergie. Plus l’exposition au pollen d’ambroisie est important plus le risque de devenir allergique est élevé. Nous ne naissons pas allergique, nous le devenons !

Lutte permanente pour tous

Cette plante, originaire d’Amérique du nord, est une plante pionnière, invasive. Elle colonise tous les milieux dès lors qu’ils sont ouverts, quelque soit le type de sol. Seule exception, elle n’a pas été observée au-dessus de 1100 m d’altitude. Chaque pied peut produire plusieurs milliers de graines qui sont capables de rester viables dans le sol pendant  20 ans, en surface comme en profondeur (6-8 cm). Depuis environ deux décennies, elle est en pleine expansion et colonise une grande partie de la France. Les pollens sont libérés d’août à septembre avec généralement un pic vers la mi-août.

Selon la plateforme « signalement ambroisie »,tous les milieux sont impactés avec une dominance dans les terres agricoles et le long des bords de route (respectivement 40 et 30 % des signalements  en 2018).

De part ses caractéristiques biologiques, et d’après les instituts de recherche et techniques (INRA, TERRES INOVIA,  ARVALIS), il est impossible aujourd’hui de l’éradiquer. Mais chacun d’entre nous peut limiter son extension. Que l’on soit, particulier, agriculteur, gestionnaires de domaine public ou maitre d’œuvre de chantier, il est de notre devoir de mettre en place des moyens de lutte pour freiner sa propagation territoriale et intervenir avant la floraison ou, à défaut, avant la production de graines.

Vigilance accrue dans vos parcelles

Le cycle de développement de cette plante coïncide parfaitement avec celui des cultures de printemps et peut s’avérer très concurrentielle avec une possible perte de rendement jusqu’à 70 %. C’est donc dans ces cultures que l’ambroisie reste le plus difficile à contrôler, et plus particulièrement dans le soja.

Si vous avez constaté lors des campagnes précédentes la présence d’ambroisie dans vos parcelles la lutte permanente dans la rotation est indispensable pour gérer correctement cet adventice. La lutte chimique montre ses limites avec des apparitions de résistance de l’ambroisie à certaines matières actives. Il faut combiner les leviers agronomiques (implantation de céréales d’hiver, couverture du sol, décalage date de semis des sojas et des tournesols, pratique du faux semis, etc.). Les solutions de désherbage en pré-levée ou en post levée, en chimique ou en mécanique sont à réaliser dans les conditions climatiques optimales et au bon stade végétatif de la culture.

Réglementation

Un nouvel arrêté départemental devrait être actif à la fin du mois de mai. Il prévoit de renforcer la lutte contre l’ambroisie en prévoyant, entre autre, une police spéciale avec des agents de contrôle identifiés parmi les différents services de l’Etat et des sanctions prévues dans les cas où les moyens de lutte durable contre cette espèce ne sont pas mis en place.

Soja / tournesol

Selon Terres Inovia (cf. site internet), les solutions de prélevée sont insuffisantes pour le tournesol et le soja. Il est nécessaire d’associer une intervention de post levée au stade 4 feuilles du tournesol et 2-3 feuilles vraies du soja (en respectant impérativement la dose d’homologation des produits). Le fractionnement en 2 applications améliore l’efficacité avec 8-10 jours d’intervalle. Ces solutions sont à associer avec des leviers agronomiques (rotations, couverts végétaux, etc.) pour une gestion durable de vos parcelles et des pratiques économes en traitement.

 


Plus d’informations :

Chambre d’Agriculture : Laurence Garnier 04 74 45 47 05

FREDON : Léa Berthelier –  06 49 22 64 02

Sur internet : www.ambroisie.info / www.signalement-ambroisie.fr

RNSA : Réseau nationale de Surveillance Aérobiologique www.pollens.fr/

Référent communal ambroisie (se renseigner en mairie)

Instituts techniques : TERRES INOVIA / ARVALIS 


Dans le cadre de la création d’un recueil pour l’Observatoire des ambroisies – Fredon France, concernant la gestion de l’ambroisie en contexte agricole,
Remplir ce questionnaire prend environ une quinzaine de minutes, et les réponses sont anonymes pour ceux qui le souhaitent https://forms.gle/BtVUrxvt8pKC91xx6
]]>
news-60361Fri, 26 Apr 2019 15:33:49 +0200Agronomie, fertilisation, phytosanitaires : Des solutions pour être performants !https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/agronomie-fertilisation-phytosanitaires-des-solutions-pour-etre-performants/Nos conseillers vous accompagnent pour optimiser votre système de cultures sur le long terme.Vous souhaitez,
  • Optimiser l'utilisation des intrants (fertilisants, produits phytosanitaires, ...)
  • Réduire l'impact sur l’environnement 
  • Connaître des méthodes alternatives adaptées
  • Connaître et identifier les atouts et contraintes du sol pour assurer un développement correct de vos cultures

Nous vous accompagnons dans cette démarche de réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires, avec une indépendance du conseil 100 % garantie.

Découvrez toute notre offre de service en termes de :

Conseil agronomique de transition

Conseil stratégique phytos

Conseil sol

Conseil technique fertilisation

Conseil technique couverts végétaux

 


Contact :

EQUIPE AGRONOMIE ENVIRONNEMENT
04 74 45 47 06 I 04 74 45 47 05
territoires@remove-this.ain.chambagri.fr

 

 

 

]]>
news-59893Fri, 12 Apr 2019 09:34:24 +0200Le pastoralisme de l’Ain est sur Facebook ! https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/le-pastoralisme-de-lain-est-sur-facebook/Retrouvez toutes les actualités illustrées sur la page Facebook SEMA CA Ain.Vous y découvrirez les actions menées par la Société d’Economie Montagnarde de l’Ain (SEMA) et la Chambre d’agriculture de l’Ain :
  • émergence,
  • suivi et animation de structures collectives (Associations Foncières Pastorales et groupements pastoraux) et de travaux d’amélioration pastorale,
  • animation d’actions de communication sur le pastoralisme et l’élevage de Montagne

Rejoignez-nous sur Facebook

]]>
news-58718Mon, 18 Mar 2019 16:55:00 +0100Former un apprenti : une solution gagnant-gagnanthttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/former-un-apprenti-une-solution-gagnant-gagnant/Dans l’Ain, plus de 200 exploitants sont déjà engagés dans la démarche. En embauchant un apprenti vous pourrez être aidé et former l’entrée un futur actif. Explications de Gwladys Huctin, développeur apprentissage de l’Ain et du Rhône.Quelles sont vos missions au sein des chambres d’agriculture de l’Ain et du Rhône ?

"Cette mission de développeur apprentissage a été créée il y a deux ans avec le soutien financier de la Région. L’objectif est de promouvoir l’apprentissage auprès des filières agricoles : leur présenter le processus, la réglementation, l’engagement des exploitations lors de l’embauche d’un apprenti et les aides financières."

Comment cela se passe concrètement ?

"Si l’entreprise est partante, on formule une offre. Nous travaillons avec les centres de formation du secteur public et privé des deux départements. Lorsqu’il y a correspondance entre les critères de l’entreprise et du jeune, une mise en relation est effectuée, le but étant de
lier l’offre à la demande de la meilleure manière qui soit.
"


Un travail qui porte ses fruits ?

"Avec deux ans de recul, on s’aperçoit que certaines filières sont plus demandées que d’autres. Dans l’Ain, ce sont surtout les productions bovins lait, grandes cultures et élevages caprins. Dans le Rhône, les productions phare sont l’horticulture, le maraîchage et la viticulture.

En 2018, 36 nouveaux contrats ont été enregistrés suite à des mises en relations abouties, sur un total de 230. Ma deuxième mission est d’assurer la campagne d’enregistrement des contrats."


Quels sont les avantages pour l’exploitant agricole ?

"Trois points forts sont à souligner : c’est une aide physique quotidienne sur l’exploitation, cela permet de former un futur associé ou salarié en partageant son savoir-faire et ses compétences et cela permet de faciliter l’entrée d’un futur actif opérationnel dans le monde du travail.

La Chambre d’agriculture assure un accompagnement de A à Z. C’est un service gratuit (réglementation, estimation du coût et des aides, mise en relation et suivi), qui apporte une réelle plus-value à l’exploitant. Notre cible principale étant les entreprises qui n’ont jamais pris d’apprentis ou pas depuis plus de deux ans."

Interview réalisée par Patricia Flochon / Parution AIN AGRICOLE du 14 mars 2019


Pour tous renseignements, contacter Gwladys Huctin :
apprentissage@remove-this.ain.chambagri.fr - Tél : 04 74 45 47 54

]]>
news-58721Mon, 18 Mar 2019 16:54:00 +0100Apprentissage : Témoignage de Pascal Pelushttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/apprentissage-temoignage-de-pascal-pelus/Pascal Pelus, éleveur de volailles de Bresse et de chèvres à Saint-Genis-sur-Menthon forme une apprentie actuellement en première année de BTS productions animales au lycée des Sardières.

 

Parution AIN AGRICOLE du 14 mars 2019


Pour tous renseignements sur l'apprentissage, contacter Gwladys Huctin :
apprentissage@remove-this.ain.chambagri.fr - Tél : 04 74 45 47 54

]]>
news-57651Mon, 18 Mar 2019 16:53:00 +0100Un apprenti, pourquoi pas chez vous ?https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/un-apprenti-pourquoi-pas-chez-vous/En embauchant un(e) jeune en apprentissage, vous pourrez : • Etre aidé sur l’exploitation • Former un futur associé ou salarié en partageant vos savoir-faire et vos compétences • Faciliter l’entrée d’un futur actif opérationnel dans le monde du travail.Ce type d’embauche est une solution gagnant-gagnant pour l’employeur et l’apprenti(e). Elle permet de répondre aux besoins d’une entreprise et aux attentes des jeunes qui souhaitent se former, acquérir des compétences professionnelles et obtenir un diplôme ou titre certifié.

Plus de 200 exploitants sont déjà engagés dans cette démarche sur le département.Pourquoi pas vous ?

Nous sommes à votre disposition pour plus de renseignements et pour vous accompagner dans votre recherche d’apprenti(e)s. (Démarches gratuites)

NB : Vous pouvez bénéficier d’une aide financière sur toute la durée du contrat (sous conditions).


Contact : Gwladys HUCTIN, Développeur apprentissage Ain/Rhône

04 78 19 47 54 / 06 74 03 73 35 - apprentissage@remove-this.ain.chambagri.fr

]]>
news-57565Tue, 19 Feb 2019 11:45:53 +0100Financement de la formation des porteurs de projet : Evolutions depuis le 1er janvier 2019https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/financement-de-la-formation-des-porteurs-de-projet-evolutions-depuis-le-1er-janvier-2019/Le financement de la formation des porteurs de projet à l’installation évolue à partir du 1er janvier 2019.Jusqu’au 31 décembre 2018, les porteurs de projet à l’installation agricole pouvaient bénéficier du fond de formation des agriculteurs, VIVEA, pour financer toutes les formations qu’ils réalisaient dans le cadre de leur projet d’installation, sous réserve d’une attestation d’engagement dans un parcours à l’installation délivrée par les Points Accueil Installation, avec un plafond de prise en charge de 2000 €/ an.

A partir du 1er janvier 2019, les porteurs de projet à l’installation agricole devront solliciter leur compte personnel de formation (CPF) ou leur fond de formation auquel ils ont cotisé dans leur activité professionnelle précédente, voire celui des demandeurs d’emploi, pour financer leurs formations courtes ou continues. VIVEA ne pourra intervenir que dans des situations bien précises (ex. pas d’autres fonds de financement possible, formations inscrites dans un Plan de Professionnalisation Personnalisé).


Service formation - 04 74 45 47 01

]]>
news-57246Tue, 12 Feb 2019 14:00:00 +0100Contrôle pulvé : L'avis d'Yves Bardethttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/controle-pulve-lavis-dyves-bardet/Yves Bardet est conseiller environnement à la Chambre d’agriculture et spécialiste du contrôle des pulvérisateurs.Pourquoi faire contrôler son pulvérisateur ?

Je dirai qu’il y a au moins deux bonnes raisons de le faire.

Tout d’abord parce ce que c'est obligatoire depuis 2009. Il s'agit là de la mise en application de la Loi sur l'eau qui est contrôlée et sanctionnable. Tout propriétaire d'un appareil d'application de produits phytosanitaires (porté, trainé, automoteur...) doit le faire contrôler tous les 5 ans (date du diagnostic faisant foi) par un centre d'inspection agréé.

Ensuite pour une question de bon sens car un appareil défaillant, mal réglé, génère de la pollution et un surcoût pour l'exploitation.

Qui est habilité pour réaliser ces contrôles ?

Dans l’Ain, le CEDAA travaille avec l’ensemble des vendeurs d’agrofournitures et matériels du département afin de proposer aux agriculteurs des sessions de contrôles au plus près de leurs exploitations. Vous retrouvez l’ensemble des lieux de contrôle dans le tableau.

]]>
news-57012Wed, 06 Feb 2019 14:44:38 +0100Portrait de Maryline Jacon, conseillère d’entreprise et équinehttps://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/actualites/toutes-les-actualites/detail-de-lactualite/actualites/portrait-de-maryline-jacon-conseillere-dentreprise-et-equine/Conseillère à la Chambre d'agriculture, Marilyne Jacon présente ses domaines d'intervention et les services apportés aux agriculteurs et éleveurs équins.Maryline Jacon, quelles sont vos missions ?

J'accompagne les porteurs de projet qui souhaitent étudier une installation équine dans l'Ain. Il y a différents types de projets : de l'écurie de pension à la ferme équestre en passant par l'élevage et le centre équestre.
Au niveau régional, je fais partie de l'équipe du réseau REFErences qui crée des références sur la filière équine en France et j'anime le Comité de Filière équin en partenariat avec le Conseil de la Filière Cheval Auvergne Rhône-Alpes.
Je propose depuis cette année des calculs de coûts de production d'1 heure d'équitation pour les centres équestres.

Vous proposez également des formations propres à la filière équine ?
Quel type de formations ? Comment s'inscrire ?

Les thèmes des formations sont choisis en fonction des demandes et des besoins des professionnels de la région. Ce sont, en général, des formations permettant d'améliorer les performances technico-économiques des structures c'est-à -dire en lien avec la production animale ou végétale. Ces dernières années, et afin de faire face à la concurrence, des formations sur le marketing et les outils de communication sont également proposées.

Les professionnels cherchent aussi à développer leurs connaissances scientifiques pour améliorer le bien-être animal pour non seulement pour améliorer les conditions de vie des animaux car cela influe sur leurs performances, mais aussi pour s'adapter aux attentes de leur clientèle et faire évoluer leurs pratiques.

L’ensemble de notre offre de formation est consultable en ligne sur www.ain.chambre-agriculture.fr rubrique formations. Pour des formations ne figurant pas au catalogue, les professionnels peuvent m’adresser leur demande.
Quels types d'autres services proposent la chambre d'agriculture aux professionnels de la filière équine ?

Nous avons beaucoup de demande pour des réalisations de bâtiments. Dans quelques jours, nous démarrons la campagne de déclarations PAC. Il ne faut pas tarder à prendre rendez-vous car nous sommes très sollicités !

Notre offre de services est large, aussi nous pouvons :

Il ne faut pas hésiter à me contacter !

 

Maryline Jacon

04 74 45 80 07

maryline.jacon@remove-this.ain.chambagri.fr

]]>