Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP) : Situation dans l’Ain au 25 novembre 2022

Influenza Aviaire Hautement Pathogène (IAHP) : Situation dans l’Ain au 25 novembre 2022

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Le nombre de foyers d’influenza aviaire hautement pathogène continue à progresser ces dernières semaines en France et en Europe.

Par arrêté du 8 novembre 2022 (publié au JORF du 10 novembre 2022), le Ministre de l'agriculture et de la souveraineté alimentaire a donc décidé de relever le niveau de risque vis à vis de l'influenza aviaire de "modéré" à "élevé" sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Les mesures de prévention sont renforcées pour protéger les élevages.

 

En effet, les cas en élevages, en basse-cour et dans la faune sauvage sont nombreux et en augmentation.

Dans l'Ain, levée des 2 arrêtés préfectoraux (arrêtés préfectoraux DDPP01-22-357 du 4 octobre 2022 et DDPP01-22-385 du 19 octobre 2022) fixant les zones réglementées autour de Illiat et la zone de contrôle temporaire dans la Dombes par arrêté n° DDPP01-22-427 du 21 novembre 2022.

Du fait de l’absence de nouveau foyer détecté, et d’absence d’avifaune sauvage contaminé (depuis le 05/10/2022), les 2 arrêtés sont abrogés en date du 21/11/2022.

Dans un contexte marqué par une persistance inédite du virus dans l’environnement et une actuelle forte activité migratoire d’oiseaux sauvages, il est essentiel de maintenir la vigilance et de conserver les mesures de prévention pour éviter la contamination des élevages de volailles.

Les démarches volontaires de surveillance hebdomadaire (analyses) de la mortalité en élevages de palmipèdes et avant les mouvements des oiseaux sont particulièrement utiles et encouragées à l'instar des mesures de protection des élevages prises localement par les acteurs du monde de la chasse ou de la pêche.

Maintien du niveau de risque « élevé » qui généralise les mesures renforcées de prévention :

En élevage :

  • Mise à l'abri de toutes les volailles
    Le principe de base est le maintien en bâtiment fermé. La mise sur parcours réduit est possible dans certaines conditions d'espèces, de mode de production et d'âge. Dans certaines situations elle n'est possible qu'en cas de constat par le vétérinaire sanitaire de problèmes de bien-être, sur autorisation de la DDPP. La notion de "parcours réduit" implique que la surface maximale du parcours est de 0.5 m2 par volaille. Voir conditions définies dans l'instruction - 2021-865 du 18/11/2021 et logigrammes en élevage commercial..
  • Interdiction de rassemblements de volailles sur tout le territoire métropolitain
  • Obligation de bâcher les camions transportant des palmipèdes de plus de 3 jours.
  • Vigilance particulière aux éleveurs de volailles et à tous les intervenants :
    • d'utiliser des tenues propres et des bottes désinfectées ou à usage unique avant d'entrer dans leurs bâtiments d'élevage ;
    • d'interdire l'accès à toute personne extérieure à l'exploitation. En cas d'absolue nécessité, exiger le respect des mêmes règles de biosécurité ;
    • d'interdire la circulation de tout véhicule extérieur ou l'introduction de matériel non préalablement nettoyé et désinfecté.
Révision des critères d’alerte en élevage (concernant les élevages de plus de 250 oiseaux) déclaration auprès de votre vétérinaire en cas de :
  • multiplication par trois de la mortalité quotidienne normale ;
  •  toute baisse de la consommation quotidienne d’eau ou d’aliment de plus de 25 % ;
  • toute chute de ponte de plus de 15 % sur une journée ou de plus de 5 % par jour pendant 3 jours consécutifs.
  • Tout comportement anormal ou inexpliqué des volailles
 

 

Pour les activités cynégétiques (chasse) :

  • Autorisation de transport et utilisation d'appelants pour les détenteurs de catégorie 1 uniquement (détenteurs avec moins de 15 appelants) ;
  • Mouvements des gibiers à plumes soumis à conditions (examen clinique, dépistage virologique anatidés) ;
  • Remise en nature du gibier à plumes anatidés interdite.

Pour les particuliers et tout détenteur d’oiseaux : 

  • claustration obligatoire ou mise sous filet de protection
  • surveillance quotidienne des animaux
  • déclaration obligatoire à la mairie de votre commune

www.mesdemarches.agriculture.gouv.fr / www.mesdemarches.agriculture.gouv.fr/demarches/particulier/effectuer-une-declaration-55/article/lutter-contre-l-influenza-aviaire-498

 

Pour tous les acteurs de la filière, il s’agit de renforcer la vigilance et de veiller à l’application la plus stricte des mesures de biosécurité pour empêcher le virus d’entrer dans les élevages et éviter sa diffusion entre élevages

Les services départementaux seront amenés à réaliser des contrôles sur le respect des mesures applicables du fait de l’élévation du niveau de risque. Une réduction des indemnisations en cas de non-respect par les éleveurs des règles en vigueur sera également mise en œuvre.

Dans l'Ain, trois foyers ont été détectés en élevage depuis fin août. Plusieurs cas ont été répertoriés dans l'avifaune dans la Dombes et les départements de l'Allier et de la Loire.

Carte du 20 octobre 2022 :

 

Actualité du 17 octobre :
Un nouveau cas d’IAHP a été détecté sur la commune l’Illiat.

Un nouvel arrêté préfectoral n°DDPP01-22-385 est paru le 19 octobre définissant ainsi les zones règlementaires et les conditions de surveillance et de mouvements de volailles

Trois zones sont définies :
  • Une zone de protection (3 km)
  • Une zone de surveillance (10 km)
  • Une zone règlementaire Supplémentaire ( 20 km)

Dans chaque zone, des modalités spécifiques doivent être appliqués en terme de surveillance des élevages, de mouvements d’animaux et de gestions des denrées alimentaires.

 

A noter dans ce nouvel arrêté ZCT, zone de contrôle temporaire :

La mise à l’abri des volailles (claustration), protection de l’alimentation et du stockage, selon condition de l'Arrêté Ministériel du 29/09/2021.

Les mesures de protection renforcées des élevages et des basse cours (dispositifs de nettoyage et de désinfection, tenues et chaussures dédiées, limitation des mouvements des personnes, produits et matériels, gestion des lisiers et des cadavres... )

  • Signalement de toute apparition de signes cliniques et toute mortalité suspecte au vétérinaire
    • surveillance renforcée des mortalités en élevages  par la réalisation d'autocontrôles chez les palmipèdes ou les volailles élevées en plein air  
    • surveillance  par autocontrôles et dépistage influenza pour tout mouvement de palmipèdes vers l'abattoir et pour tout mouvement d'oiseaux entre élevages commerciaux 
  • Vente d'œufs de consommation possible avec des emballages jetables ou des matériaux nettoyables et desinfectables, avec traçabilité des œufs.
  • Transport et épandage de fumier et lisier autorisé sous condition de contenants clos et étanches, et par enfouissement immédiat
  • Lâchers de gibiers à plume autorisés sous condition de dépistage IA et sur avis DDPP, et utilisation d'appelants interdits
  • Activités de chasse au gibier à plume autorisées sous condition, à l'exclusion d'un rayon de 200m autour des élevages de volailles
  • Activités de pêche autorisées sous condition de mesures de biosécurité renforcées

 

Toutes les mesures sont détaillées dans l'arrêté ci-joint.

Cette zone sera maintenue à minima 21 jours après la découverte du dernier oiseau sauvage contaminé par l'IAHP et au vue d'une analyse de risque sur la situtation épidémiologique.

 


Pour tous renseignements :
  • Personnes contacts :
    • Hélène URE  04 74 45 47 15 – helene.ure@ain.chambagri.fr
    • Bénédicte MONCERET au 06 99 63 87 48 – benedicte.monceret@ain.chambagri.fr

 

Pour rappel : la consommation de viande, foie gras et œufs et tout produit à base de volaille ne présente aucun risque pour l’homme.