Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Influenza Aviaire : Point sur les dérogations de claustration

Influenza Aviaire : Point sur les dérogations de claustration

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Depuis le passage en niveau de risque élevé sur toute la France vis à vis de l'influenza aviaire, la règle générale de détention des volailles domestiques doit être la claustration ou la mise sous filet.

En effet, la présence de volailles sur les parcours, en particulier en zone à risque particulier (ZRP) représente un risque majeur d'infection des troupeaux par le virus. La claustration demeure la disposition la plus sécuritaire vis-à-vis du contact avec les oiseaux sauvages.

La situation française actuelle montre une importante circulation de virus, avec 447 foyers au 02/02/21 dont 11 en faune sauvage (avec un cas de plusieurs cygnes dans la Loire) et 436 en élevages (dont 423 dans le Sud-Ouest). Au 25/01/2021, 2 millions de volailles (essentiellement des canards) ont été abattues dans le Sud-ouest sur ordre de l'Administration, suite à la détection de foyers ou de manière préventive pour limiter la propagation du virus. Un récent foyer a été détecté dans une basse-cour contenant des volailles, canards, oies,... non claustrés dans les Ardennes (origine avifaune fortement envisagée).

Pour rappel, ce virus de l’influenza aviaire (H5N8) atteint exclusivement les oiseaux ; il n’est pas transmissible à l’homme qui peut consommer en toute sécurité de la viande d’origine aviaire, des oeufs, du foie gras et plus généralement tout produit alimentaire de volaille.

Le ministère en charge de l'agriculture recommande d'apporter une attention toute particulière aux conditions de délivrance des dérogations au confinement des volailles.
Force est de constater que depuis l'arrêté de 2008 fixant les mesures à appliquer, certains professionnels ont fourni un effort insuffisant afin de se conformer efficacement aux dispositions imposées (réduction conséquente des parcours, confection de volières, etc...).

A ce jour, dans l'Ain, 92 élevages ont sollicité une dérogation au confinement. Un faible nombre a été refusé, et presque 30 % d'entre elles ont eu une acceptation sous réserve. Une quinzaine d'élevages ayant demandé une dérogation ont déjà fait l'objet d'un recontrôle de la part de la DDPP. Pour certains d'entre eux, les dispositions permettant de déroger à la claustration ne sont pas totalement respectées. D'autres contrôles seront réalisés. En fonction des constats opérés par la DDPP, il se peut que les dérogations d'ores et déjà accordées soient réévaluées, et que des suites pénales et/ou administratives adaptées soient prises à l'encontre des contrevenants.


Compte tenu des modifications accordées par l'INAO pour la quasi-totalité des cahiers des charges des signes officiels de qualité, ces nouvelles dérogations ne seront accordées qu'en cas d'absolue nécessité et les mesures mises en oeuvre par chaque éleveur lors de sa demande, seront étudiées de très près par les services de la DDPP au préalable.
Pour rappel les mesures actuelles à respecter

  • la claustration des volailles ou protection de celles-ci par un filet avec réduction des parcours extérieurs,
  • l’interdiction de l’organisation de rassemblements,
  • l’interdiction de transport et de lâcher de gibiers à plumes,
  • l’interdiction de l’utilisation d'appelants.

La DDPP 01 reste à votre disposition pour tous renseignements complémentaires.

 

Pour plus d’information sur l’actualité des foyers IA : https://www.plateforme-esa.fr/bhvsi

Plus de détails sur les mesures de biosécurité : http://influenza.itavi.asso.fr/